Une journée vélo sur l’île de Porquerolles

1 Juil, 2015

Une journée vélo sur l’île de Porquerolles

9 h du matin. J’attends de pédale ferme le bateau depuis le port de la Tour Fondue sur la presqu’île de Giens. Ce dernier me conduira sur l’île de Porquerolles, la plus grande des 3 îles d’Hyères, mise en valeur par le Authentic Parc National de Port-Cros depuis 1971. Après 20 minutes de trajet me voici débarquée sur cette île de 7,5 km de long pour 3 km de large. Tel une conquistador, les cheveux qui dépassent du casque dans le vent, je dépose les roues de mon vélo sur cette terre de cocagne qui m’accueillera le temps d’une journée. Le village abrite une flopée de locations de vélos de toutes sortes ce qui laisse présager que les pistes ne doivent pas manquer !

Un Bateau, une île et mon vélo

Je décide de m’enfoncer dans les terres, en quête du phare, l’un des points culminants au sud de l’île. Les pistes sont très bien indiquées : de la piste large familiale au chemin étroit et engagé pour les plus sportifs, il y en a pour tous les goûts ! En me dirigeant vers l’est, je passe devant le Moulin du Bonheur : l’histoire raconte que jadis, un meunier veuf et malheureux cheap mlb jerseys avait posté une annonce proposant la location d’une “villa” sur la Côte d’Azur, dans l’espoir d’attirer de riches héritières et de trouver enfin le bonheur .

Des paysages côtiers splendides

Je continue mes découvertes culturelles en remontant jusqu’au fort Sainte Agathe où je découvre un splendide paysage côtier. Le L’appel du large m’incite à redescendre sur les plages de la Courtade et de Notre Dame. And Midi, attirée par la splendeur du paysage, je délaisse finalement mon vélo pour me rafraîchir dans les eaux limpides qui s’offrent à moi. À l’ombre des pins, je casse la croûte avant de repartir en direction du village. Je déguste un délicieux sorbet artisanal avant d’envoyer 4 cartes postales histoire de faire râler les copines ! Puis je rejoins la plage d’Argent et enfin la presqu’île du Langoustier, tout à fait à l’ouest des terres. La plage est presque déserte, et je m’assoupis au chant des cigales. 17h15, je m’éveille alors… je ne sais pas combien de temps j’ai dormi, mais vite !!! L’embarcation est à 18h !! J’enfourche non sans regret en direction du port, et j’emporte avec mes coups de pédales, de splendides paysages.

En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse et de contenus personnalisés. Pour en savoir plus, cliquez ici